Rituel théâtral d’avant le coucher du soleil

D’après le texte de Christian Petr

Avignon. Soir de juin, en avant-première, avant le Festival.

19h. La cour du Musée Angladon accueille Serge Barbuscia et son équipage. Une sorte de répétition générale avant le tourbillon théâtral de juillet.

« MARCHE » est une création dont l’idée principale tourne autour du détachement de l’homme envers son alter égo. L’indifférence.

Ce qui n’a pas rendu indifférent son auteur, Christian Petr, alors qu’il observait, au printemps 2000, du coin de ses fenêtres, un homme sans paroles qui, durant 6 années, s’installera place des Corps-Saints entre porches et poubelles, un homme dont l’errance se mesurera au nombre quotidien, immuable, de ses pas.

« Cet homme est supérieur à Dieu, puisqu’il n’est rien ! » 

Un homme qui nous ressemble en tout point avec sa différence… et notre indifférence.

Texte coup de poing, coup de gueule à la face de l’humanité. Avec sa poésie urbaine.

Serge Barbuscia a laissé « Marche » en lui murir. Il nous livre là une mise-en-scène dépouillée de tout artifice inutile, conduit sa troupe de comédiens (5 en tout) avec l’appétit d’un Gargantua affamé d’altruisme. Et chacun y va de son talent ! Et quel talent !

A noter : l’accompagnement musical de haute qualité créée par Dominique Lièvre.

Ce soir-là fut pour moi un de ces moments magiques, la Cour du Musée Angladon transformée en Cour du Miracle.

A voir, absolument.


PierPatrick

Musée Angladon

Du 4 au 26 juillet 19h00. (Relâches les 7, 14 et 21)


Réservations au 04 90 85 00 80


Avec : Serge Baruscia

          Camille Carraz

           Aïni Iften

           Gilbert Laumord

           Fabrice Lebert


Création soutenue par la Fondation Abbé Pierre et les Communautés d’Emmaus.